Emmanuel Macron : C'est bien la France qui organisa la rafle du Vél d'Hiv - Razzia vom Vél d'Hiv Macron und Netanjahu gedenken Massenverhaftung von Juden

Commemoration-de-la-raffle-du-Vel-d-hiv-Paris-2017

 

16/07/2017

Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, ont commémoré dimanche le 75e anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv. Le président a rappelé la responsabilité de l'État français dans ce sombre épisode de la Shoah.

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou ont participé, dimanche 16 juillet, à la 75e commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. 

• Emmanuel Macron a rappelé à cette occasion l'entière responsabilité de l'État français de ce sombre épisode de l'histoire de France, en référence aux propos de Marine Le Pen durant la campagne présidentielle. "C'est bien la France qui organisa" la rafle du Vél d'Hiv en juillet 1942 et la déportation de milliers de juifs. "Pas un seul Allemand" ne participa à l'organisation de cette rafle, a ajouté le chef de l'État, qui a dit être "ici pour que se perpétue le fil tendu en 1995 par Jacques Chirac", le premier président de la République à reconnaître la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites et non celle du seul régime de Vichy.

• "Nous ne cèderons rien à l'antisionisme", qui est la "forme réinventée de l'antisémitisme", a également fait savoir le président de la République dans son discours.

• De son côté, Benjamin Netanyahou a souligné "un geste très, très fort", remerciant la France de l'avoir invité. Cette commémoration "témoigne de l'amitié profonde entre la France et Israël", a dit le chef du gouvernement israélien à la tribune de la cérémonie.

• Lors d'une conférence de presse commune entre les deux dirigeants qui s'est tenue à l'issue de la cérémonie commémorative à l'Élysée, Emmanuel Macron a tout d'abord appelé à une "reprise des négociations" en vue d'"une solution à deux États" dans le conflit qui oppose Israël à La Palestine. Il a également assuré Benjamin Netanyahou de sa "vigilance" sur l'accord signé sur le nucléaire iranien, en vue de sa "mise en œuvre stricte". 

Rappel historique des faits :
 
Le 16 juillet et les jours suivants, à la demande des Allemands, plus de 13.000 Juifs - dont 4.115 enfants - sont arrêtés à leur domicile à Paris et en banlieue, par 9 000 fonctionnaires français, dont environ 5.000 policiers sous les ordres de René Bousquet, chef de la police de Vichy.
Entassés dans des autobus, 8 160 personnes, y compris les vieillards et les malades, sont conduits au stade du Vélodrome d'Hiver, sur le quai de Grenelle (15e arrondissement de Paris).
 
Le 22 juillet, elles sont évacuées vers les camps de Drancy (Seine Saint-Denis, banlieue nord), Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (Loiret, à une centaine de km au sud de Paris) puis envoyées en camps d'extermination. Quelques dizaines d'adultes seulement survivront.
 
L'armistice signé en 1940 obligeait la police française à exécuter les ordonnances de la puissance occupante. La police du gouvernement de Vichy devient ainsi un bras armé des Allemands. Lors de la rafle, le nombre des personnes arrêtées a été bien inférieur aux attentes des Allemands. Des fuites dans la police ont permis à beaucoup d'y échapper.
 
Cette rafle représente toutefois à elle seule plus du quart des 42 000 Juifs envoyés de France à Auschwitz en 1942, dont seuls 811 reviendront chez eux après la fin de la guerre
 
Source / QuelleSite-Web-France24

„Razzia vom Vél d'Hiv” Macron und Netanjahu gedenken Massenverhaftung von Juden 

Paris -

Israels Ministerpräsident und der französische Staatschef erinnern gemeinsam an die größte Massenverhaftung von Juden in Frankreich während des Zweiten Weltkrieges.

Bei der Veranstaltung zum 75. Jahrestag der „Razzia vom Vél d'Hiv” wollen Benjamin Netanjahu und Emmanuel Macron an der Pariser Gedenkstätte Blumen ablegen.

 

Chirac entschuldigte sich 1995

An dem Ort in der Nähe des Eiffelturms stand früher eine Radsporthalle, in der französische Polizisten am 16. und 17. Juli 1942 im Auftrag der deutschen Besatzer mehrere Tausend ausländische Juden zusammengepfercht hatten. Die Beteiligung der Franzosen blieb jahrzehntelang ein Tabu. Erst 1995 entschuldigte sich der damalige Staatspräsident Jacques Chirac öffentlich.

 

Quelle / Source : Bzrliner-Zeitung-Webseite



Ajouté le 16/07/2017 par Francis MILANI - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA