Rum um Lebensmittel - Autour de la nouriture

Avez-vous déjà remarqué ?

 

Lorsque des français discutent de nourriture, bien souvent, ils conversent sur la région d’origine du produit, de l’origine de la recette, de sa qualité.

Une saucisse de Morteau est-elle meilleure qu’une saucisse de Strasbourg ? La recette de la potée auvergnate est-elle meilleure que celle d’une autre région ? et qu’elle région est à l’origine de son invention ? quelle sont les origines des viandes ? ....

 

En Allemagne, j’ai constaté que bien souvent, lorsqu’une discussion se tient autour du sujet de la nourriture, il en va bien souvent tout autrement.

Et pour cause, dans 90% des cas, les mots qui se font entendre sont ceux de ALDI, LIDL, ou encore EDEKA.

 

Plutôt que de se demander si la saucisse blanche originaire de la Bavière est la meilleure, on échangera pour savoir dans lequel de ces 3 enseignes on l’a trouvée la moins chère et ensuite,  lequel des trois propose celle de meilleure qualité sans pour autant chercher à en connaitre l’origine.

 

Vous me direz que ceci est exagéré…mais de l’oreille d’un français, c’est criant.

Mais pourquoi les allemands ont-ils une telle fascination pour ces magasins de nourriture lowcost ?

 

Haben Sie darauf schon mal aufgepasst ?

Wenn die Franzosen über Lebensmittel zusammensprechen, sprechen Sie über originalen Rezeptren, Region des Produktes. Schmeckt einen Wurst aus Morteau besser als einen aus Strassburg ? Sind die Auvergnats, die « la Potée » am besten kovhen ? usw…..

 

In Deutschland, mir ist mehr mals aufgepasst, wenn Leute über Lebensmittel sprechen, da gehjt es ganz anders. Da hast du 90% Chancen diese drei Wörter zu hören: ALDI, LIDL und EDEKA.

 

Ansttat zu wissen, wo den weissen Wurst her kommt (aus Bayern), da wird man diskutieren um zu wissen, bei welchen der 3 Lowcot Geschäffte billiger gekauft wurde. Dann interessiert sich um zu wissen, ob weisser Wurst von Aldi besser als Lidle order als Rewe wäre.

 

Sie denken schon, all quatsch. Aber für die französischen Ohren klingt es so klar !

 

Warum diese drei Lowcost Geschäfte faszinieren die Deutsche ? 

 

 

Teuer-Gasgrill-Billiger-Lebensmittel

Weber Grill 

 

Germany-Lebensmittel-Lowcost

Ce slogan touche cruellement à la réalité: "vous êtes de nouveau assis dans vos jardin devant un grill Weber à 789€ pour y grillerv un lot de 10 saussices à 99 cents chacune. Là est tout le paradoxe allemand". 

Teuer Weber Grill - billige Würstschen

 

 

 

http://www.wiwo.de/unternehmen/handel/lieber-edeka-als-aldi-deutsche-sind-mit-supermaerkten-zufriedener/14557576.html (Discounter / Supermärkte)

 


Diese Händler machen Deutschland satt

Bei jedem Besuch im Supermarkt geben die Deutschen 15,43 Euro aus - zumindest statistisch. Insgesamt gab Deutschland im Jahr 2014 rund 159 Milliarden Euro für den Lebensmitteleinkaufaus. Aber wie viele Lebensmittel bekommt man für diesen Betrag? Dieser Frage geht der aktuelle ARD-Geldcheck nach. In der dritten Folge des Preis-Vergleichs stehen Supermärkte und Discounter im Fokus: Wo bekommen Einkäufer mehr für ihr Geld? Und: Leidet die Qualität unter dem Preisdruck?

Deutschland-Lebensmittel-Lowcost

Les allemands veulent de la qualité à bas prix !!!

Deutsche wollen Qualität - und billige Preise

In keinem europäischen Land ist der Lebensmittelmarkt so umkämpft wie in Deutschland. Rund 55.000 Supermärkte und Discounter konkurrieren um Kunden - mit der Dichte an Einkäufsstätten ist Deutschland absolute Spitze. Und die Deutschen sind deutlich preissensibler als andere Europäer: Hierzulande müssen die Lebensmittel vor allem günstig sein, doch unwichtig ist die Qualität den Deutschen auch nicht. Laut einer aktuellen Umfrage achten 51 Prozent der Befragten auf die Qualität, 49 Prozent ist der Preis wichtig.

 

Grundnahrungsmittel kosten überall gleich

Im ARD-Geldcheck wird zunächst der Preis überprüft. Dafür landen die sieben Grundnahrungsmittel Butter, Wasser, Milch, Zucker, Mehl, Nudeln und Kaffee im Einkaufswagen der Tester. Das Ergebnis überrascht: Egal, ob die Tester bei Edeka, Rewe, Aldi, Penny oder Norma einkaufte, gaben sie immer sechs Euro und acht Cent aus. "Die ganzen Händler beobachten sich gegenseitig", sagt der Lebensmittelhandelsexperte Matthias Queck. Im Preiseinstiegsbereich würden meist die Discounter den Preis vorgeben und die anderen Händler ziehen nach.

Eigenmarken sind Umsatztreiber

Als zweite Kategorie prüfen die ARD-Tester die Eigenmarken. Und die sorgen auch bei den Supermärkten inzwischen für einen Umsatzschub. Bei Rewe gibt es rund 600 Artikel der Eigenmarke "ja", bei Edeka gibt es sogar 1500 "gut-und günstig"-Artikel. Für den Test kommen zu den Grundnahrungsmitteln jetzt noch Toast, Butterkekse, Margarine, Kochschinken, Fischstäbchen und Orangensaft. Auch hier zahlen die Tester kaum mehr an der Kasse: 12,50 Euro kostet der Einkauf bei den Discountern und bei Edeka. Bei Rewe bezahlen die Tester mit 12,70 Euro nur unwesentlich mehr.

Markensortiment macht den Unterschied

Die großen Preisunterschiede entstehen vor allem durch Markenprodukte. Die gibt es inzwischen auch bei Discountern, doch versucht der Handel durch unterschiedliche Produktgrößen die Preise für Verbraucher nicht so einfach vergleichbar zu machen. So gibt es Nutella auch bei Aldi und Lidl, doch das Glas ist größer als in den Supermärkten. Cola wird bei den Discountern nur in der 1,25 Liter-Flasche verkauft und kostet 89 Cent. Im Supermarkt gibt es die Liter-Flasche hingegen für 99 Cent. Für Kunden ist dieses Größen- und Preiswirrwarr sehr unübersichtlich.

Gute Qualität bei Gemüse

Aber wie steht es mit der Qualität der Waren? Um das zu testen, kaufen der ARD-Geldchecker Brokkoli und Kartoffeln ein, jeweils als Standard- und Bio-Ware bei Edeka, Rewe, Aldi und Lidl. Die Preise klaffen weit auseinander: Die Discounter sind um ein Drittelgünstiger als die Supermärkte.

Die Kartoffel werden in einem Lebensmittellabor untersucht: Wie hoch ist die Pestizidbelastung? Auch der Stärkeanteil wird gemessen sowie das enthaltene Vitamin C. Das Ergebnis zeigt: Die Kartoffeln vom Discounter unterscheiden sich kaum von denen aus dem Supermarkt. Auch der Discounter-Brokkoli ist mit dem aus dem Supermarkt vergleichbar. "Das ist ein großartiges Ergebnis", sagt dann auch Dennis Leupold vom Bremer Labor für Rückstandsanalytik. "Die Kartoffeln sind gut, der Broccoli auch."

Quelle / Source : Webseite-Stern-de

 


 

Liste d'enseignes de la grande distribution en Allemagne

 

Supermarchés

 

 

Hard-discount

 

 

Hypermarchés

 

Source / QuelleWikipedia


Le phénomène discount en Allemagne

 

L’Allemagne est considérée comme le fief du discount alimentaire. Plus qu’ail­leurs, la composante prix y est décisive dans la décision d’achat. Une étude de l’institut allemand de la consommation GfK, publiée en mars 2004, portant sur la sensibilité au prix des consommateurs de six pays européens, montre que pour 56% des Allemands, en 2003, le facteur prix est déterminant dans le pro­cessus d’achat. Un taux plus élevé que la moyenne européenne qui s’établit à 49%. Et ce taux est stable depuis 2001, alors que dans l’ensemble des pays sondés, la sensibilité au prix diminue (hormis en Italie). Or, bien qu’importante, cette sensibilité n’explique pas à elle seule le succès fulgurant du discount ali­mentaire en Allemagne. La conjoncture économique, le passage à l’euro, et surtout un concept et des atouts maîtrisés de la part des discounters ont accen­tué les comportements des consommateurs allemands en matière d’achats ali­mentaires.

Source / QuelleSite-Web-Agora-Vox

 

L’Allemagne et l’économie du hard-discount...

 

Les familles "Aldi" et "Lidl" ne sont plus les plus riches d'Allemagne

 

 

 Aldi-enseigne

Longtemps plus grosses fortunes d'Allemagne, les familles Albrecht (Aldi) et Schwarz (Lidl) viennent d'être dépassées par les héritiers de... BMW!

 

 

La famille Quandt, premier actionnaire du constructeur automobile bavarois BMW, a détrôné les propriétaires des magasins discount Aldi et Lidl en tête des fortunes allemandes, selon un classement de l'hebdomadaire Manager Magazin publié mardi.
Le patrimoine de Johanna Quandt, veuve du patriache Herbert Quandt, et de ses enfants Stefan Quandt et Susanne Klatten atteint au total 31 milliards d'euros, ce qui place cette famille en tête du classement des 500 plus grandes fortunes allemandes, réalisé tous les ans par le magazine.

Les Quandt détrônent ainsi pour la première fois en dix ans les propriétaires de l'empire Aldi, divisé en deux branches.

Les familles Albrecht et Heister, propriétaires d'Aldi Süd, se placent désormais seconds avec un patrimoine de 18,3 milliards d'euros, tandis que la famille de Theo Albrecht, détentrice d'Aldi Nord, arrive 4e avec 16,5 milliards d'euros.

Le cofondateur d'Aldi, Karl Albrecht, est mort à la mi-juillet à l'âge de 94 ans, quatre ans après son frère Theo. Les Quandt doivent leur prospérité à leur participation de 46,7% dans le constructeur BMW, ainsi qu'aux parts détenues dans d'autres entreprises allemandes comme le spécialiste de la fibre de carbone SGL Carbon ou le chimiste Altana.

La grande distribution bien placée

La troisième place du podium revient à Maria-Elisabeth Schaeffler et son fils Georg, qui sont à la fois propriétaires de l'entreprise Schaeffler, fabricant de roulements à billes, et actionnaires de l'équipementier automobile Continental. Leur patrimoine s'élève à 17,6 milliards d'euros, d'après les calculs de l'hebdomadaire.

Si la grande distribution perd du terrain face à l'industrie automobile, elle reste bien représentée dans le classement: le propriétaire du discounter Lidl, Dieter Schwarz, est 5e (14,5 milliards d'euros) et la famille Herz 7e grâce à ses magasins Tchibo (11 milliards d'euros).

Selon Manager Magazin les frères Samwer, fondateurs de Rocket Internet, sont les plus gros gagnants de l'année. Entre septembre 2013 et septembre 2014, leur patrimoine a été multiplié par quatre grâce à la prise de valeur de l'incubateur de start-up et à celle de leur participation dans le site de vente en ligne Zalando. Zalando et Rocket Internet ont récemment grossi les rangs de la Bourse de Francfort.

Le patrimoine des cent Allemands les plus riches a augmenté de 18,8% ces douze derniers mois, à 399,8 milliards d'euros "grâce à la forme des marchés financiers, à des bénéfices d'entreprises élevés, au boom du marché immobilier", souligne Manager Magazin. Celui des 500 plus grosses fortunes d'Allemagne se monte à 612 milliards d'euros (+16% sur un an).

Source / Quelle 2014:  LSA-Site-Web

Histoire de LIdl

Créée en 1930 en Allemagne, Lidl est à l’origine une entreprise familiale qui devient un groupe international de grande distribution. Il s’agit de l’une des enseignes pionnières du hard-discount.

Présente en France depuis 1988, Lidl est aujourd’hui le numéro 1 des discounters européen.

Retrouvez l’histoire, l’actualité et les résultats de cette enseigne avec LSA.

Présentation de Lidl

L’histoire de la société Lidl commence dans les années 1930, lorsque Josef Schwarz crée une entreprise spécialisée dans la vente des fruits exotiques qui se développe rapidement pour devenir une chaine de magasins commercialisant une large gamme de produits alimentaires.

En 1973, Josef Schwarz ouvre un premier supermarché en adoptant le concept du hard discount. Il se fixe pour objectif la mise en place d’un réseau de magasins de discount proposant la meilleure qualité et pratiquant les prix les plus bas du marché.

Connaissant un succès important en Allemagne, Lidl entame son expansion internationale dès 1988, en s’implantant en France puis en Italie et en Espagne avant d’ouvrir son premier magasin belge en 1994.

Aujourd’hui, leader européen des enseignes de discount, Lidl dispose de plus de 8100 filiales dans 24 pays. La firme emploie plus de 150 000 collaborateurs dont 20 000 en France où elle dispose de 1500 magasins.

 

Fiche signalétique

  •          Date de création : 1930
  •          Secteur d’activité : grande distribution (hard-discount).
  •          Groupe : Dieter Schwarz
  •          PDG : Sven Seidel
  •          DG Lidl France: Friedrich Fuchs
  •          Chiffre d'affaires 2014 : environ 80 milliards d’euros
  •          Nombre de magasins en 2014 : 1 500 en France
  •          Effectifs 2014 : plus de 20 000  collaborateurs en France
  •          Autres enseignes :
  •          Marques propres : Aquapur, Auriol, Cassetti, Crivit, Ernesto, Esmara, Florabest, Jolinesse, Livarno, Livergy, Lupilu, Melinera, Meradiso, Miomare, Ordex, Parkside, Pepperts, Powerfix, Rocktrail, SilverCrest, Topmove, United Office, Zoofari.
  •          Concurrents : CarrefourE.Leclerc et IntermarchéAuchan.
  •          Adresse du siège : Lidl Stiftung & Co. KG Stiftsbergstraße 1 74167 Neckarsulm, Germany
  •          Téléphone : +49 (0)7132 / 94-2000
  •          Site Web : www.lidl.fr

 

 

 

Source / Quelle

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/05/13/big-bang-dans-la-grande-distribution-allemande_4919000_3234.html

 

Source / QuelleLSA-Site-Web

 

 

Le distributeur allemand a ouvert près de Munich un nouveau concept beaucoup plus chic que ses entrepôts d'antan. Une véritable révolution.

Publié le  | Le Point.fr

Les discounters allemands ne sont plus ce qu'ils étaient. Leurs magasins éclairés par des néons blafards, leurs rayons remplis d'articles laissés dans leurs cartons d'emballage, l'agencement triste comme un jour sans pain et le choix misérable proposé dans les gondoles ne sont plus qu'un mauvais souvenir. Ces distributeurs savent en effet que leurs prix cassés ne sont plus un argument suffisant pour conserver leurs fidèles et séduire de nouveaux clients. Les enseignes traditionnelles proposent toutes aujourd'hui des marques propres aux tarifs sacrifiés. Les rois du discount doivent donc redorer leur image en s'embourgeoisant et en copiant les recettes des supermarchés.

Le quartier ne paie pas de mine, mais la boutique, elle, ne manque pas de cachet. Situé dans une zone commerciale d'Eglharting-Kirchseeon, une commune de 10 000 habitants située à l'est de Munich, cet Aldi de 1 200 mètres carrés affiche sa singularité dès son entrée. Le toit très élevé est soutenu par des poutres de bois brut. L'éclairage indirect est luxueux. Près du distributeur automatique de pain, de viennoiseries et de pizzas individuelles, une vitrine murale réfrigérée propose des snacks pour la pause-déjeuner comme des hamburgers à réchauffer, des saucisses à la sauce curry et des Kinder, le tout arrosé de soda, de bière ou de jus de fruit.

Une stratégie qui inquiète les distributeurs traditionnels

 

La signalétique est claire et soignée. Après les caisses, les clients peuvent prendre un café à un distributeur et s'asseoir sur un petit banc en bois. Des toilettes adaptées pour les handicapés ont même été installées avec une table à langer où les mères ont à leur disposition des couches gratuites pour changer leur bébé. Ce point de vente n'est pas seulement joli. Ses rayons sont aussi remplis de produits de grandes marques. Une révolution pour cette enseigne. Après Coca-Cola, il y a trois ans, le groupe propose aujourd'hui plus de 70 labels comme Krombacher, Lenor ou o.b.

Cette stratégie inquiète les distributeurs traditionnels. Une étude de l'institut GfK a en effet montré que les prix moyens des produits labellisés chutaient en moyenne de 17 % dans l'ensemble du pays après leur mise en vente chez Aldi. Lorsque Lidl a proposé des canettes de Red Bull de 25 cl à 1,49 euro au printemps 2015, Aldi a vite surenchéri en proposant le même prix pour des boîtes de 33 cl et son principal rival a répliqué avec un tarif de 1,12 euro. Cette stratégie semble faire merveille auprès des consommateurs. Malgré la fermeture de 50 points de vente enAllemagne, Aldi a réalisé l'an dernier le meilleur chiffre d'affaires de son histoire (27,9 milliards d'euros). Ses recettes par filiale ont augmenté de 4 % en moyenne.

Le groupe a déjà investi ces quatre dernières années plus de 3 milliards d'euros dans la rénovation d'une partie de ses 5 000 magasins en Europe. Ces investissements ont rapidement porté leurs fruits. Certains points de vente modernisés ont enregistré une hausse de leur chiffre d'affaires de 30 % après leur réouverture, selon des informations révélées par le magazine économiqueWirtschaftsWoche. Le nouveau concept « chic » du discounter pourrait séduire encore plus de particuliers qui se refusaient jusqu'alors à entrer dans ses magasins.

 

Source / Quelle Le-Point-Site-Web


 

und noch mehr: 

 

Lieber Edeka als AldiDeutsche sind mit Supermärkten zufriedener

Artikel zu erreichen, auf den Text klicken

 

 


 

Warum Lidl und Aldi edel werden - und Kunden genau das wollen

Mehr Licht, mehr Frische und mehr Service: Aldi und Lidl wollen in den nächsten Jahren Milliarden in die Verschönerung ihrer deutschen Filialen stecken. Der Verbraucher lässt ihnen keine andere Wahl.

 

Artikel zu erreichen, auf den Text klicken

 


 

 

 



Ajouté le 30/07/2017 par Francis MILANI - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA