Les Allemands et la religion: l'Impôt Eglise

 

Kirchensteuer

 

Saviez-vous qu’en Allemagne, l’Église catholique romaine compte presque autant de membres que l’Église protestante? Il y a même exactement 1,5 million de catholiques de plus que de protestants outre-Rhin.

 

Les Allemands doivent signaler leur appartenance à une Église sur leur déclaration d’impôt et à ce jour, ils sont ainsi 45,5 millions de catholiques et protestants à devoir payer l’«impôt d’Église» («Kirchensteuer»).

 

Selon des chercheurs, cet impôt expliquerait que de plus en plus de personnes «quittent» leur Église.

 

Outre cette majorité de chrétiens, 4,4 millions de musulmans, 100.000 juifs et 100.000 bouddhistes vivent en Allemagne.

 

Si l’État allemand est neutre par rapport aux convictions de ces citoyens, les Églises et l’État étant séparés, des cours de religion sont cependant dispensés à l’école. Ceux-ci sont uniquement destinés aux élèves de la religion concernée, et remplacés par des cours d’éthique pour les élèves des religions minoritaires ou sans religion.

 

Source / Quelle : Ambassade d'Allemagne Ambassade-Allemagne-en-France

 


Dans certains pays, les Églises, par le biais du gouvernement, obligent leurs fidèles à payer un impôt religieux Cette pratique remonte au Moyen Âge et a été adoptée à cause de l'Église catholique qui était liée au pouvoir politique de l'époque. Plus tard, certaines Églises protestantes traditionnelles ont voulu aussi bénéficier du soutien financier du gouvernement. Cet article traite des pays où l'impôt religieux a été exigé puis supprimé et d'autres pays où il a encore cours, principalement en Europe et en Amérique latine.

L'impôt religieux est toujours exigé. L’Allemagne perçoit un impôt d’église (allem. Kirchensteuer), sur toutes les personnes se déclarant être chrétiennes. Le montant est d'environ 8 à 9 % de l'impôt sur le revenu, soit généralement entre 0,2 % et 1,5 % du revenu total. Les recettes sont partagées entre les catholiques, luthériens, et les autres églises protestantes. En 1933, Hitler avait mentionné « impôt d’église », ajouté sur la carte officielle des impôts, ce qui signifie que la taxe pouvait être déduite par l'employeur comme l'une des autres taxes.

Certains croient que le système de taxation d'église a été établi ou a commencé par le Concordat de 1933 signé entre le Saint-Siège et le Troisième Reich. Il s'agit d'un simple malentendu ou de fausse interprétation de l'article 13 de l'Annexe (le protocole supplémentaire) du Concordat (Schlußprotokoll, § 13). L'article se lit : « Es besteht Einverständnis darüber, daß das Recht der Kirche, Steuern zu erheben, gewährleistet bleibt. », (se référer aux Liens externes). Cela se traduit par : Il est entendu que le droit de l'Église de percevoir des taxes reste garanti (se référer aux Liens externes). L'impôt d’église (Kirchensteuer (en)) trouve ses racines dans la Reichsdeputationshauptschluss de 1803. Aujourd'hui, son fondement juridique est l'article 140 de la Grundgesetz (la « constitution »), en liaison avec l'article 137 de la constitution de Weimar.

L’impôt d’église (Kirchensteuer) est obligatoire en Allemagne pour les membres d'un groupe religieux particulier. Il est déduit au niveau de la paye. L'obligation de payer cette taxe, théoriquement commence le jour où l'on est baptisé. Toute personne qui veut arrêter de payer doit déclarer par écrit, au tribunal local (Amtsgericht) ou bureau d'enregistrement, qu'ils quittent l'Église. Ils sont alors rayés des registres de l'Église et ne peuvent plus recevoir les sacrements4.

Quelle / Source : Wikipedia-en-Francais

 


Ce que les français ne savent pas: 

 

Allemagne : un expatrié français athée obligé de payer des impôts à cause de son baptême. 


Un expatrié Français s'est vu ponctionner de 550 euros au titre de l'impôt sur les cultes en Allemagne. Le diocèse français dans lequel il avait été baptisé a fourni son certificat de baptême aux autorités religieuses outre-Rhin qui lèvent cet impôt.

Lire le sujet en cliquant sur la source Site-Web-Franceinfo

 

 

Allemagne: un impôt religieux particulièrement salé pour un couple de Français
En cochant la case juif sur leur formulaire d'enregistrement, M. et Mme K. ignoraient que ça pouvait leur coûter cher.

 

Lire le sujet en cliquant sur la source: Liberation-site-web

 

 

Le fisc allemand à la poursuite des baptisés français...
Un Français vivant à Berlin et pourtant déclaré "athée" a eu la désagréable surprise de devoir payer une taxe de 550 euros, car il était baptisé.
PAR FRÉDÉRIC THERIN, À MUNICH

 

Lire le sujet en cliquant sur la source: Le-Point-economioe-site-web

 


 



Réagir


CAPTCHA