Journée de l’unité allemande Message de Frank‑Walter Steinmeier

Message de Frank‑Walter Steinmeier

 

 

Journee-unite-allemande-message-de-Frank-Walter-Steinmeier

 

La chute du mur de Berlin, la réunification de l’Allemagne et la fin de la division entre l’Est et l’Ouest de l’Europe sont des événements qui ont marqué incontestablement un tournant historique, bien au‑delà des frontières de l’Allemagne. Cet élan était porté par l’espoir, ou mieux encore par l’attente que dorénavant, tout irait mieux. Certains ont également évoqué la « fin de l’Histoire ». Nous étions nombreux à croire qu’un nouvel ordre était en train de se dessiner et qu’il allait apporter la paix et la stabilité au monde entier.
 

Aujourd’hui, vingt‑sept ans après la chute du mur, force est de constater qu’il y a longtemps que le monde n’a plus été dans un tel désordre. Les crises et les conflits s’abattent sur nous avec une force et une densité que personne n’aurait pu prévoir en 1989. Les anciens et les nouveaux acteurs luttent pour l’influence dans un monde devenu confus. Nous sommes bien loin de la « fin de l’Histoire ».
 

Même si les images des crises et des catastrophes dominent les journaux et les informations, il est important que nous nous rappelions régulièrement nos exploits. Pensons seulement à l’accord sur le nucléaire avec l’Iran, aux accords de Minsk au sujet de l’Ukraine, aux étapes déjà franchies dans la crise des réfugiés ou encore à l’accord de paix en Colombie qui met fin à un conflit qui semblait si longtemps dénué de tout espoir.
 

La diplomatie demande du temps et de la patience. On ne peut pas résoudre les problèmes du monde du jour au lendemain. Les solutions sont souvent le fruit d’un travail laborieux fait de nombreuses petites étapes. C’est long et parfois frustrant. Mais ce qui compte, c’est que nous possédons les instruments nécessaires pour créer un peu d’ordre.
 

Cela implique aussi que l’Allemagne assume sa responsabilité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons revu et renouvelé notre politique extérieure au cours de ces dernières années. L’Allemagne a également pris la présidence de l’OSCE en 2016 et se porte candidate à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2019/2020. De même, mon initiative visant à mener des entretiens communs sur le contrôle des armements avec l’Occident et la Russie s’inscrit aussi dans cette logique de responsabilité.

 

Pour qu’un nouvel ordre puisse se constituer, il faut faire preuve de force créative. En ces temps de guerre, l’Allemagne doit donc fournir de nouvelles impulsions afin de façonner notre monde. Je suis convaincu que la patience et la volonté d’aller vers les autres nous permettront d’apporter au monde un peu plus de paix et de justice.

 

© Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)

 

Source / Quelle: Missions-allemandes-en-France



Réagir


CAPTCHA